Accueil > Vie de l’association > Causeries

Causeries

Ecole buissonière à Bricabracs

Si les Bricabracs s’étaient installés dans le 3 e arrondissement, Laszlo, 5 ans, aurait fait partie de l’aventure cette année.
Finalement, il va à l’école du quartier, à 15 mn à pied de la maison, et c’est très bien ainsi.
Mais aujourd’hui mardi 29 septembre, nous allons passer une bonne partie de la journée à Bricabracs.
Après un long trajet en transports en commun, 50 mn porte à porte, nous arrivons presque à l’heure. Certains enfants jouent dehors, d’autres sont dans la salle de classe, Flora me montre où déposer notre déjeuner, Laszlo se mêle aux autres enfants…
Dans la matinée, je traverse les différents espaces où évoluent les minots, je les trouve en train de fabriquer dehors, construire dedans, dessiner, faire un puzzle, écrire, raconter, peindre, par deux, ou trois, ou bien seul, feuilleter un livre… Êrwan, l’éducateur est très présent, encourageant et guidant Orgès, peu sûr de lui dans son apprentissage de l’écriture, veillant à ce que les plus petits aillent jusqu’au bout de leurs activités, demandant à celle-ci de nommer son dessin, et à celui-là de continuer à raconter la sortie de la veille dans les Calanques. Flora travaille sur la production d’un livre sur le thème de la pollution : « pas facile » me dit-elle. Plus tard elle se lancera dans la confection d’un « pouet-pouet » géant avec lequel elle va faire jouer chacun, donnant envie aux plus jeunes de réaliser la même chose.

Tout cela donne une impression de fluidité, de tranquillité, de grande liberté, chacun vit sa vie, et suit ses envies, mais le tout bien cadré par les règles du groupe et les consignes de l’éducateur.

Joli moment du déjeuner, tous ensemble sur une grande table, mais parfois, me dit Marie-Claude, certains enfants s’installent en petits groupe sur la table d’à côté, c’est selon.
Les enfants débarrassent les couverts, puis Orgès, Illane et Sabrine me montrent le compost où ils vident les restes d’aliments. Orgès s’enthousiasme en m’expliquant que cela servira à faire pousser les plantes.

Après le repas chacun vaque où bon lui semble, Toto et Jona tout sourires jouent et construisent une cabane et me parlent du loup, Lela est allée dans la classe peindre ; en passant Erwan lui rappelle d’écrire son prénom sur sa feuille ; Illane et Orgès ont sorti un puzzle de chevalier, quelques temps après Orgès devra écrire sous la dictée d’Illane l’histoire du personnage : régulièrement il va voir Erwan qui le guide pour écrire correctement les mots. Je le regarde s’appliquer et sourire…
Plus tard dans l’après-midi c’est sur une table sous l’arbre dehors qu’Erwan s’est installé : les enfants viendront tour à tour, seul ou à plusieurs s’entrainer à compter ou faire des tangrams, tout en participant avec Laszlo à la construction une cabane de branchages sous l’arbre d’en face. Il est 15h et Laszlo me dit « on y va maman », puis finalement il s’attarde encore une heure car Gaby est arrivée et a commencé à lire des histoires…
Le soir à la maison, Laszlo me dit : « elle est bizarre cette école, Maman, y a pas beaucoup d’enfants, et puis on travaille pas… »


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le vendredi 12 avril 2019 |Suivre la vie du site RSS 2.0