Accueil > Le projet > Un projet éducatif

Un projet éducatif

Projet éducatif et pédagogique

Introduction au projet éducatif et pédagogique

Le projet éducatif et pédagogique est un document détaillant les choix d’une pratique le fonctionnement de l’accueil d’enfants...

Le temps éducatif est un temps singulier dans la vie d’un enfant : il est ainsi obligatoire d’instruire ses enfants, et ce temps est régi par les règles de la collectivité. Ce projet pédagogique exposera donc les objectifs pédagogiques liés à ce temps de vie et découlant de notre volonté éducative. On y présentera aussi les fonctionnements qui en résultent et les moyens nécessaires à leur mise en œuvre. Enfin, ce document précisera la méthode d’évaluation des actions entreprises.
Il n’y a rien d’exceptionnel ni de bien nouveau dans ce qui se met en place. La mise en pratique reste cependant exceptionnelle tellement elle est dépréciée par les pratiques éducatives à l’œuvre. Il s’agit de poursuivre, et reprendre, les chemins engagés par les expériences de vie de Freinet, de Korscak, Deligny... et plus récemment par les éducateurs des classes uniques, en particulier ceux qui ont développé l’idée d’ « école du 3ème type », Bernard Collot, Jean-Michel Calvi pour ne citer que ceux qui ont écrit sur le sujet.
Ce sont aussi les réflexions de la pédagogie sociale, portées notamment par Laurent Ott, qui
alimentent nos sources de pratique ... enfin de nombreuses expérimentations de milieux éducatifs nous apportent d’importante données de formation et d’encouragement : L’école Ferrer de Lausanne, l’école mutuelle, La ruche de Sébastien Faure, Summerhill, les écoles démocratiques européennes de L’Eudec, l’école Bonaventure à Oléron...

Dans ces espaces éducatifs où se côtoient des individus différents, chaque enfant et chaque
éducateur (parent, enseignant...) doit se trouver dans une situation sécurisante affectivement.
Cela ne veut pas dire que les espaces de conflits, les oppositions, les interdictions soient prohibés.
En revanche une vigilance importante sera mise d’une part sur les injustices possibles, les différents moyens de pression, tant du côté de l’éducateur avec les enfants que des enfants entre eux et sur un environnement matériel et humain agréable, confortable, rassurant.
Pour l’éducateur, cela nécessite la capacité à pouvoir imposer à certains moments, laisser faire à d’autres, et enfin veiller à limiter les injustices possibles, tant de son fait que de celui des enfants. Il ne s’agit pas de chercher à se faire aimer de l’enfant, mais d’instaurer le respect du cadre de vie collective qui permet à chaque entité, personne et groupe, de pouvoir coexister.
L’humour (pas le comique), l’autodérision et son apprentissage seront des éléments importants de cette mise en œuvre, histoire de ne pas mourir d’en manquer.
Pour l’enfant, ce cadre et cette approche lui permettront de se libérer pour effectuer les essais et erreurs nécessaires à ses apprentissages et vivre avec les autres.
Ce lieu doit donc trouver une organisation qui tienne compte de chaque enfant en fonction
- de sa situation sociale (familiale, économique, culturelle)
- de sa situation personnelle, là où il en est de sa construction
Car l’activité qui pourra devenir un projet pour l’un ne le deviendra pas nécessairement pour un autre. Or c’est par ses activités, ses projets et les discussions avec les autres personnes (enfant, adulte) que l’enfant poursuit le développement de son intellect, donc de ses apprentissages.
Par « tenir compte », nous entendons accueillir les différences et permettre leur expression, par adaptation au lieu collectif dans lequel nous sommes amenés à vivre ensemble.
Accueillir nécessite de trouver les solutions pour que les familles, les éducateurs, les enfants et les personnes en relation avec ce groupe puissent à la fois poursuivre leur construction d’individu, leur désir propre et permettre aux autres personnes de poursuivre aussi les leurs.
La spécificité de chaque famille, de chaque personne, implique de mettre en place un mode
d’organisation initiale permettant l’expression et le déplacement de chacunE pour lui-même, pour le collectif, par le collectif pour lui-même et du collectif (le groupe) qui sera ce que ce groupe (enfant, parent et éducateur) en fera.
La prise en compte de chaque individu et du groupe nécessite que le lieu soit un espace laissant voir les réalisations et offrant une grande diversité d’objets à tester, à fabriquer, à démonter, à regarder et interroger.
Cela nécessite aussi de tisser des liens avec des alternatives sociales, culturelles,
syndicales, politiques... partageant nos principes ... En affirmant la nécessité d’un service social d’éducation accessible quelles que soient les ressources des familles. Bricabrac cherche aussi à communiquer avec des écoles et des lieux éducatifs proches de son projet social et pédagogique (réseau rhizome, Eudec...)
Bricabrac travaille en collaboration avec des mouvements d’éducation populaire et pédagogique (Cemea, Icem, Pédagogie sociale, occe, ...)
Enfin, la participation à la vie autogérée de l’école (administration, entretien, etc.) fait partie du processus éducatif (apprentissage du vivre ensemble) et de l’engagement coéducatif des adhérentEs.

Pratiquement comment cela peut-il se mettre en place ?


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le vendredi 5 juillet 2019 |Suivre la vie du site RSS 2.0