Accueil > Vie de l’association > Causeries

Causeries

De quoi je me mèle ?!

Je suis parent(e) d’élève, et ça m’a fait rire quand Erwan a insisté en disant que Bricabrac n’était pas une école de parents, que ces derniers avaient souvent envie de jouer "à faire l’école" auprès des enfants.
C’est pas faux.
Alors c’est quoi ma place ?
Jusqu’à ce jour j’ai rencontré pas mal d’enseignant-e-s méfiants, voire hostiles aux parents (sauf pour quelques corvées !), ces curieux, gêneurs qui élèvent fort mal leurs enfants et qui ne peuvent pas comprendre ce que c’est que d’enseigner.
L’école publique est censée être un lieu tripartite : les enseignants, les parents, la Mairie. Dans les faits c’est souvent conflictuel, jeux de pouvoirs, alliances à géométrie variable en fonction des intérêts, corporatisme...
D’accord, chacun son métier, chacun son savoir faire, sa culture, mais la séparation n’est parfois pas si simple, si évidente, les compétences ne sont pas toujours délimitées par une frontière étanche, alors le dialogue est plus que nécessaire.

A Bricabrac, j’attends cet échange, dans le respect des fonctions de chacun.
Il y a beaucoup à faire, les tâches sont nombreuses et chronophages concernant la gestion de l’asso, trouver des sous, comprendre le cadre juridique et administratif, communiquer pour faire rayonner l’expérience, travailler à la pérennisation du projet…Mais il est nécessaire également de se regarder pédaler, de consacrer du temps à la réflexion, d’alimenter les causeries du site, comme le suggère souvent Erwan.

Je suis curieuse d’en savoir plus côté pédagogie.
Je trouve que c’est vraiment intéressant quand Erwan explique ce qu’il fait en réunion de parents ou dans la gazette "Dis pourquoi dis comment".
Il n’est pas seulement enseignant, il est éducateur et chercheur. Je pense que c’est bigrement important et que l’on doit tout faire pour que ce soit possible (et oui, encore besoin de temps !)

On a beau être parent et non enseignant, on peut être intéressé par la pédagogie, les méthodes, les questionnements et aspects philosophiques…
Ce n’est pas un hasard si on a choisi de participer au projet.
Pour ma part, c’est aussi un choix politique.
Je ne vois pas comment on peut avoir une société juste, solidaire, des citoyens responsables, autonomes, émancipés et épanouis, avec l’école publique version éducation nationale.
Nous avons besoin d’autre chose et Bricabrac propose une pousse de cet autre possible.
Je m’intéresse depuis fort longtemps aux pédagogies actives et avec Bricabrac, on est dans le concret (enfin !!!).
Quand je suivais l’option "sciences de l’éducation" à la fac, on avait des cours magistraux assis en amphi devant un prof "expert", pour nous parler des géniales pédagogies" actives"…bonjour la contradiction !
Alors question méthode, pratiques, recherche pédagogique, j’attends la suite, j’ai des questions.
En voilà quelques unes, en désordre (désolée, elles sont un peu tous azimuts) :
Plusieurs références sont citées dans la présentation du projet.
Mais dans ce mélange, tu utilises quoi de chaque courant ?
Par exemple il y a Korczak comme référence.
Qu’y a t-il de ses méthodes à Bricabrac ? Ce que j’en ai compris c’est un grand respect de l’enfant en tant qu’individu, un fonctionnement démocratique avec temps de régulation, conseils, tribunaux, responsabilités tournantes etc..., il parlait de la République des enfants.
Comment tu t’occupes du "groupe" à Bricabrac ? Y a-t-il des temps de regroupement de type conseil ?
Et la gestion des conflits ? Ca se passe comment ?
La pédagogie sociale m’intéresse bien aussi. Je découvre ce que ça recouvre en lisant toutes sortes de documents passionnants.
Je crois que c’est un peu ce que j’essaie de concocter (à petite échelle) quand je fais des ateliers artistiques de rue, (notamment avec le médiabus d’Aix).
A Bricabrac, ça donne quoi ?
Et est-ce que tu as une réflexion par rapport au genre des enfants et comment ça se traduit dans la pratique ?
J’ai toujours entendu parler (et vu pratiquer) des pédagogies Freinet, Montessory etc pour les enfants, et souvent pour les plus petits d’ailleurs.
Mais qu’est-ce que tout ça pourrait donner avec des adultes ?
J’ai des idées mais je ne connais pas beaucoup d’exemples.
Jusqu’au lycée, il y a des expériences (rares) d’autogestion. Quelques exemples aussi d’entreprises autogérées, de collectifs. Mais des universités, des BTS, des dipôles techniques…je me demande si ça existe autrement que de manière classique.

Tout ça pour dire que je suis demandeuse d’échange de questionnements, d’expériences, de vécus, de savoirs, tous rôles confondus, pour que l’on puisse parler de co-construction pour l’avenir
Y’a plus qu’à trouver le temps !!!!


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le vendredi 5 juillet 2019 |Suivre la vie du site RSS 2.0