Accueil > Vie de l’association > Causeries

Causeries

Le doux, le meilleur, ...et la contre partie

Osons le dire, il y a les jours avec et les jours sans.

La vie associative n’est pas toujours un long fleuve tranquille, elle se nourrit de nos expériences, de nos tâtonnements, de nos erreurs parfois, de nos doutes comme de nos certitudes, de notre détermination, mais aussi de nos conflits.

Si nous vivons cette si belle expérience, cela ne nous empêche pas de nous confronter à des querelles, des désaccords.

Nous avons fait le choix de démarrer même si nous n’avons créé aucun emploi, bénévoles, à fond, sur le temps éducatif comme sur le temps administratif, sur le temps de réflexion, de construction mais aussi d’anticipation du projet.

Toujours pris dans l’urgence, nous tentons à une poignée d’assurer ce qui est prioritaire, tout en essayant d’anticiper la suite, qui pourrait établir une pérennité à notre projet.

Mais nous n’avançons pas tous à la même vitesse... ni n’anticipons les choses de la manière... peut-être que nous ne mesurons pas tous les enjeux sur le même diapason !

La musique, dit-on adoucit les moeurs, certes, mais les mots dits en musique apportent-ils dans notre cas plus de résultats ? Pas certain...

On dit aussi, pas plus vite que la musique, pourtant, .... des échéances nous frappent en pleine figure...

Si les mots ont un sens et provoquent les choses, qu’ils soient doucereux ou pas, le conflit peut lui aussi apporter, mais d’une autre manière.

Ce sont les jours sans...!

Nous vivons je pense la période la plus délicate, la plus difficile, ... la première année !... Année test qui ne peut l’être qu’en partie, année vécue le nez dans le guidon, année pendant laquelle on ne peut reculer, parce que des enfants et familles se sont inscrites dans le projet et le vivent au quotidien.

C’est là le meilleur, le doux, la réussite de ce qu’on souhaitait, le bonheur tous les jours de venir à l’école, de voir se réaliser un idéal possible, de vivre le quotidien, les rires des enfants, les sorties, de partager le repas tous ensemble, etc... tout ce temps éducatif fait partie du doux et du meilleur.

La contre partie réside dans l’investissement humain qu’on veut bien y consacrer, de s’y tenir, et dans la mesure des enjeux du projet en devenir.

La deuxième année sera nourrie de l’expérience que nous vivons actuellement..., du constat de tout ce que nous aurons vécu cette année.

C’est en cela que j’espère le plus doux, ...et le meilleur à venir !...

Marie Claude (permanente)


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le dimanche 8 septembre 2019 |Suivre la vie du site RSS 2.0