Accueil > Vie de l’association > Causeries

Causeries

Des maths !... Comment et pourquoi faire ?...

Les plus grands de Bricabrac disent qu’ils n’aiment pas trop les maths !

Paradoxalement, depuis le début de l’année, ils questionnent et ne cessent de tenter de trouver des solutions pour résoudre une problématique concrète,
démarche qui nécessite des savoirs et des savoirs faire mathématiques.

Il était question par exemple, en début d’année, de fabriquer un haut-vent pour la terrasse trop ensoleillée. Spontanément, les enfants ont voulu mesurer la terrasse, en calculer la surface , et ont découvert qu’il y avait plusieurs techniques pour y arriver. Nombre de situations de construction d’objets ou autres ont permis ces tâtonnements pour arriver au résultat final : la réalisation.

Il y a d’autres moments assez cocasses, comme par exemple hier au goûter, où la seule vision d’une tablette de chocolat a suscité une motivation que tous les gourmands comprendront !.....Mais s’est posé le problème du partage de la tablette de manière à ce que chacun puisse manger le même nombre de carreaux de chocolat !
Situation au combien stimulante, les papilles en éveil, personne ne voulant en avoir moins que d’autres,.... !.....
Tout le monde s’y est mis pour couper les carreaux, les compter et calculer avant de les distribuer combien chacun en aurait !...

Plus sérieusement, une autre manière de faire des maths reposant sur un principe de co-gestion : gérer la caisse de classe !
A Bricabrac, ce sont les enfants qui tiennent les comptes de la caisse de classe, à tour de rôle (pour les plus grands).
Quand des courses sont faites, ils collent les factures dans un grand cahier, complètent un livre de recettes et de dépenses, remboursent les courses à la personne qui les a faites, et depuis peu, insèrent directement les données sur le logiciel de trésorerie de l’association.

Mardi, l’un d’entre eux est venu avec la caisse de classe remplir cette tâche avec moi, pour me rembourser les courses que j’ avais faites.
Après avoir calculé le montant et complété le livret de comptes, il a ouvert la caisse et compté les pièces jusqu’à obtenir la totalité de la somme à rembourser.
Cette situation concrète permet de faire des opérations de calcul, addition ou soustraction quand il faut rendre la monnaie, sans nécessairement avoir besoin à chaque fois de poser les opérations. Par exemple, ce matin là, il n’y en a pas eu besoin.
Ensuite, on travaille sur l’ordinateur. C’est la deuxième fois que cet enfant utilise le logiciel de trésorerie. C’est une des tâches qui le motive le plus. Il questionne beaucoup sur le contenu du tableau, les différentes lignes, colonnes, chaque case, à quoi ça sert, etc... Si la première fois il n’a complété que la date, le montant et le détail de la dépense, aujourd’hui il a entré toutes les données, complété la ligne entièrement en apprenant à sélectionner les éléments dans des menus déroulants.
Ce n’était pourtant pas si simple !

La motivation n’est pas la seule à jouer, réaliser que les maths sont des outils qu’on utilise quotidiennement dans tout un tas de situations concrètes, c’est aussi comprendre à quoi ils servent, reconnaitre leur utilité, et donc une certaine valeur puisqu’ils permettent de finaliser un objectif....


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le dimanche 9 décembre 2018 |Suivre la vie du site RSS 2.0