Causeries

Mon expérience Bric-à-Bracs

Mon expérience Bric-à-Bracs
Il était une fois, et même plusieurs, un jeune animal pensant qui se demandait comment dois-je agir ? Pourquoi j’agis d’une telle manière plutôt qu’une autre ? Pourquoi je pense ce que je pense ? Pourquoi a-t-on si peur du doute ou de la différence - au point d’affirmer la véracité universelle et immuable de quelques imaginations d’autres ?
C’est de bouche à oreille que j’ai découvert cette association « Bricàbracs » : nouvel espace éducatif.
Il est intéressant de questionner les modèles d’éducation – de l’acquisition des connaissances et de la construction des individus d’un groupe - en dehors des systèmes de notations et d’évaluations habituelles qui bien souvent stigmatisent. Et comme disait l’Autre : Personne n’aime être stigmatisé.
Je connais peu les autres systèmes éducatifs ou d’enseignements. Il fallait donc que je découvre ce lieu.
Hier matin, j’ai pris le 97. Le bus le plus simple pour aller du centre-ville à l’hôpital des quartiers nord. Une fois arrivé, il ne m’a fallu que quelques minutes de marche pour me retrouver en pleine colline ; entre cités et villas, pinède et ville. J’étais devant « l’école ». Je suis entré et j’ai rencontré Erwan, le Professeur, créateur de l’association. C’est une brève présentation autour de boissons chaudes. Le but est d’être à l’aise avec l’environnement.
-  Bonjour tout le monde,
-  Bonjour Momo, répondit Erwan, poursuivit par mon
-  Bonjour, en lui souriant.
Momo a créé sa petite association « Momo Bio » et donne un coup de main à l’association « Accueil et Rencontres » qui est juste à côté.
-  Bonjour Erwan, bonjour Erwan …
-  Bonjour, bonjour…
8h30. Petit à petit arrivent les enfants avec ceux qui les accompagnent. Ils ont alors environ une demi-heure pour se réapproprier le lieu en y organisant un peu leur journée en fonction de leurs plaisirs, envies, droits et devoirs.
Ici le but n’est ni de noter ni d’enseigner des contenus en fonction de l’âge ou d’autres critères conventionnels, il s’agit plutôt au travers de chaque journée de s’approprier des outils pour vivre ensemble tout en permettant l’épanouissement de chacun ; attiser la curiosité et la créativité ; faciliter les réalisations. Ainsi ils développent leur imaginaire et esprit critique notamment dans la pertinence du choix des actes à effectuer pour atteindre un but, celui qu’ils se sont fixés. Mais face aux difficultés, démotivés nous abandonnons. Il s’agit donc au Professeur de relancer l’attrait. A tension, il ne faut pas trop tirer sur la corde, tout en leur demandant un certain travail.
-  Il faut jouer sur cette élasticité pédagogique, m’explique Erwan.
Certains font ce qu’ils doivent faire pendant que d’autres font ce qu’ils veulent faire, puis c’est l’inverse, si ce ne l’était déjà pas en même temps. Dès qu’ils ont une question ou à la fin d’un de leurs travaux, les apprentis viennent voir ceux qui maitrisent un peu mieux et/ou qui les accompagnent.
Et lorsque personne ne vient le voir, le Professeur s’intéresse à leur avancée dans la compréhension des outils du langage parlé, écrit, et mathématique. C’est ça son évaluation : savoir où ils ont sont dans leur compréhension du monde, les outils qu’ils possèdent et manipulent, de ceux qui restent à apprendre.
Les plus jeunes doivent, si les conditions le permettent, faire du dessin et de la peinture. Le thème est libre. Pour appréhender l’écriture et la lecture, ils choisissent un titre à leur dessin et Erwan les aide à l’écrire ou le recopier en fonction de leurs capacités. Pour les plus grands, le travail demandé s’organise autour des mathématiques et de la lecture/écriture. Ces pratiques s’abordent dans presque toutes les disciplines.
Il s’agit de s’approprier le temps de vie quotidienne. Il y a des activités tout au long de l’année ; comme le bateau, le tir à l’arc ou justement la danse.
11h30 Répétition d’une chorégraphie.
12h30 C’est l’heure de la conférence journalière. Le matin tout le monde peut s’inscrire pour une présentation. Thème libre, c’est environ 5 minutes de passage oral devant le groupe puis c’est le tour des questions.
-  Alors moi, je suis venu avec … heu … mon chevalier ! Questions ?
-  Moi !
-  Oui ?
-  On dirait un Viking …
Puis c’est l’heure du repas. La plupart des enfants ont alors remplis la plupart de leurs objectifs de la journée.
Après s’être tous réunis pour manger, certains préfèrent lire pendant que d’autres grimpent aux arbres. Même s’il ne serait pas étonnant que quelques-uns combinent les deux.
C’est le moment de laisser place à l’imagination.

Fabien


Et aussi

Soutenez nous

Devenez donateur régulier
La fine graine des Gibustiers donateurs

Lettre d'info


Mentions légales | Espace rédacteurs| Plan du site | dernière mise à jour le samedi 2 décembre 2017 |Suivre la vie du site RSS 2.0